La lecture fluence, compréhension et copie en SEGPA

La lecture fluence, compréhension et copie en SEGPA

Article invité rédigé par Maximilien du site Maxi prof.

En SEGPA, comme dans l’ordinaire, la lecture est un des éléments fondamentaux des apprentissages. Cet élément comporte de multiples aspects allant de la fluence à la compréhension en passant par la copie.

Tous ces ensembles peuvent être complexes à enseigner notamment pour des élèves qui ont de grosses difficultés sur ce point de manière générale. Voici donc des pistes afin de mener une réflexion concernant ce thème.

 

1. Des évaluations diagnostiques efficaces

Avant de vraiment travailler cet ensemble de compétences, il faut avoir une idée du niveau de chaque élève afin de coller au maximum à ses besoins lors de futures séances. Pour cela, il existe de nombreux outils qui aident à cibler les apprentissages.

Pour ma part, j’en utilise principalement trois. Le premier outil est le ROC (repérage orthographique collectif) et plus particulièrement sa partie MCLM (mots correctement lus par minutes). L’objectif est la lecture individuelle d’un texte des élèves pendant une minute. Une fois un score obtenu, il est possible de « placer » l’élève selon une grille de niveau et ainsi voir à quelle année scolaire et dans quelle tranche de ce niveau de classe l’élève se situe.

Ce test est particulièrement intéressant notamment lors de l’arrivée en 6e afin de prévenir l’illettrisme.

Justement, concernant l’illettrisme, le pôle inclusif 76 a mis en ligne le DMA (diagnostique des modes d’appréciation de l’écrit) qui permet de le prévenir. Cet outil est fort utile notamment en 4e afin de vraiment tirer une sonnette d’alarme sur la lecture compréhension. Les supports ont été créés à partir d’outils de la vie quotidienne que les élèves peuvent rencontrer comme des panneaux ou bien des menus de restauration. Il existe en version adaptée aux 4 niveaux de SEGPA, mais il est tout à fait adapté au cycle 3. Attention tout de même, ce test demande une passation individuelle d’environ 30 minutes.

Le dernier test que j’utilise est celui de Segpachouette concernant la lecture de sons. À partir d’une liste de mots imaginés à lire, il est possible de voir les différents graphèmes qui ne sont pas maîtrisés. C’est un outil particulièrement utile afin de faire un programme adapté à chaque élève en début de collège et notamment dans la création des projets personnels individualisés.

Une fois l’évaluation faite, voici quelques idées d’activités pour travailler cet ensemble de compétences :

2. Rapidomo / Rapidophrase

Ces deux jeux sont clairement mes favoris. Ils sont issus du blog « J’ai rêvé que » qui a fait un travail fantastique. L’objectif est assez simple et progressif. Il faut dans les deux cas, lire une liste de mots ou de phrases en un temps imparti maximum.

Le côté progressif du jeu s’explique par le fait qu’il existe plusieurs niveaux de difficulté et plusieurs fiches pour chaque niveau.

Cela fait maintenant 3 ans que je teste ce jeu en classe et c’est devenu un incontournable. Les élèves se prennent au jeu et ne se rendent pas compte du travail demandé. Il arrive même régulièrement qu’ils prennent le dictionnaire pour vérifier le sens d’un mot qu’ils doivent prononcer. Je vous conseille donc de télécharger, imprimer et mettre en classeur ces deux jeux.

3. Ateliers de copie sous différents formats

La copie est un domaine qui est souvent à double tranchant, il est soit acquis soit non acquis, mais rarement on trouve un juste milieu.

J’ai donc créé pour cela deux fichiers de copie pour les élèves de 4e et 3e. Pour le niveau 6e et 5e, j’ai repris un fichier de copie de Cenicienta qui est parfaitement adapté à leur niveau. Souvent, cette activité se fait en autonomie afin de développer les compétences de l’élève et elle ne nécessite pas forcément ma présence.

Pour les 4e et 3e, j’ai créé un fichier avec les fiches CAP de l’ONISEP ce qui permet aussi bien de travailler la copie que le parcours avenir. C’est aussi un moyen de donner envie à des élèves qui font cette activité depuis des années de s’y intéresser et apporter un angle informatif à ce travail. De plus, j’ai rajouté cette année un fichier de copie informatique. Pour cela, j’ai repris le fichier des CAP en ajoutant la mise en forme voulue ainsi que la police et certaines fonctionnalités de Word ou open office. Ce fichier s’est rajouté à la suite du confinement avec la difficulté vue pour certains élèves de présenter un document ou même de faire une mise en page correcte alors que la copie ou le niveau d’orthographe était satisfaisant.

4. Atelier « décalé »

En ce qui concerne la prononciation et l’articulation des mots, j’ai créé un atelier sur le langage des « minions » qui permet de s’échauffer la mâchoire avant de passer sur des ateliers plus complexes que je vais vous présenter par la suite.

Le principe est simple, il faut lire quelques mots un peu loufoques issus du vocabulaire des films de ces fameuses bêtes jaunes. Deux avantages à cela. Le premier est le côté ludique et assez « fun » de parler comme un minion c’est-à-dire d’une manière ridicule. Le second est que les syllabes sont assez complexes pour vraiment en faire un travail et non un jeu passe-temps. Certains mots sont complexes et demandent un véritable effort de la part de l’élève.

5. Virelangue chez Le petit abécédaire de l’école

Ce jeu est connu de tous, mais il a cet aspect ludique qui permet aussi d’apprendre en s’amusant. Le principe est assez simple. Il faut lire des phrases plus ou moins complexes avec des redondances de sons ou bien des sons complexes. Ce jeu peut faire l’objet d’un atelier autonome ou même d’un jeu en groupe classe afin de se challenger. L’objectif de cet atelier est donc systématiquement le même … apprendre en s’amusant et surtout ne pas se rendre compte qu’il s’agit d’un véritable apprentissage.

6. L’immeuble des sons complexes chez Site de Français Langue Etrangère

Autre jeu permettant de travailler les sons complexes : le jeu de l’immeuble. Dans ce jeu, la prononciation, mais aussi la reconnaissance visuelle, entre en jeu. Sur la table est déposé un certain nombre de faux noms de famille qu’il faudra replacer dans les bons appartements de l’immeuble. Dans énormément de cas, les noms se ressemblent et peuvent ne varier que d’une lettre et cela rend le jeu assez fin et complexe. Plusieurs paquets de cartes sont disponibles pour travailler différents sons ou différentes variables dans le nom.

Dans ce jeu, il y a donc deux types de travaux. Pour le meneur du jeu, il faut prononcer correctement un nom à ses camarades et cela demande beaucoup de concentration. Pour les joueurs, il faut repérer au plus vite le nom et le pointer du doigt. Ce jeu est donc plutôt sympathique et ludique pour les élèves.

7. Fichier PEMF

Voici un jeu qui, une fois n’est pas coutume, est payant. Il s’agit des fichiers de lecture PEMF issue de la pédagogie Freinet. Au travers ses fichiers, les élèves peuvent développer des compétences de repérages d’informations dans différents textes et ainsi faire travailler leur compréhension, mais aussi leurs différentes stratégies de lecture.

Petit bémol, l’ancienneté de certains documents qui rendent le fichier au fur et à mesure des années de plus en plus obsolète.

8. Liste de fluence des mots courants

Pour le dernier outil que je vais vous présenter, je vous renvoie au test de Segpachouette qui permet de voir les phonèmes bloquants. En complément de cet outil, elle nous propose aussi des listes de fluence de mots courants avec des niveaux de difficulté variables allant de mots invariables simples à des mots de la vie quotidienne. Ce jeu est assez simple, pratique et rapide à mettre en place. Il devrait être incontournable pour travailler la fluence.

Vous trouverez aussi sur mon blog de nombreux ateliers utiles pour le cycle 3 : maxiprof.eklablog.com

Ressources du mois