Préparer et animer des ateliers philo

Préparer et animer des ateliers philo

Faire vivre des ateliers philo dès la Moyenne Section ? C'est pari tenu pour Isabelle Pouyau, PEMF, qui parvient dans son ouvrage à nous transmettre son expérience concrète de cette pratique langagière et émancipatrice...

 

Comment est née l’idée de cet ouvrage ?

Pendant plusieurs années, j’ai expérimenté les ateliers philosophiques dans ma classe. Je me suis intéressée aux différents dispositifs existants (notamment par l’intermédiaire de Jacques Lévine et Michel Tozzi). J’ai tâtonné, ajusté et observé l’impact positif de cette pratique. Apprendre à penser par soi-même et avec les autres contribue en effet au développement langagier des enfants, au renforcement de leur estime de soi et à la construction de la citoyenneté. Dans ce livre, j’ai voulu proposer un dispositif et des outils qui offrent aux enseignants de maternelle et Cycle 2, quels que soient leurs souvenirs de philosophie, la possibilité de se lancer dans cette aventure.

Vous expliquez en introduction que les classes de MS et de GS sont pour l’élève le temps des "pourquoi"...

À partir de 4 ans, il arrive régulièrement que les questions de nos élèves aient une dimension métaphysique. Dans ce cas, nous autres adultes avons tendance à botter en touche... Les ateliers philosophiques ont précisément comme objectif de créer un espace de parole qui accueille ces questions et donne l’occasion aux enfants de les explorer sans chercher une réponse toute faite ou définitive.

Quels types de dispositifs et/ou de supports préconisez-vous pour adapter les débats à la maternelle ?

En France, l’enseignement de la philosophie est réservé aux élèves de terminale. L’adapter à des enfants de Cycle 1 peut donc sembler être une gageure ! Très concrètement, en maternelle, on commence par aménager un espace dans lequel tous les enfants (ainsi que l’enseignant) peuvent s’installer en cercle pour se voir et être à l’écoute les uns des autres. L’ouverture et la clôture de l’atelier peuvent également être ritualisées. Le dispositif présenté ici repose sur le parti pris assumé d’introduire des supports (albums, audios, vidéos...) et des activités (tri d’images...) au risque – peut-être – d’orienter la discussion. On forge ainsi une culture commune et on évite le syndrome de la page blanche qui peut s’avérer déstabilisant pour certains enfants. Le fait d’alterner des temps de discussion collective et des temps d’activité en petits groupes permet aussi de stimuler les échanges entre pairs en dehors du regard de l’enseignant et donc de donner la parole à des enfants qui n’oseraient pas la prendre en grand groupe.

Préparer et animer des ateliers philo, de Isabelle Pouyau
Editions Retz, 24,00€

 

Ressources du mois