Mes élèves sont devenus les héros de leur histoire

Mes élèves sont devenus les héros de leur histoire

David Simon enseigne à Moissac dans un grand groupe scolaire de 13 classes, situé en REP. Il est professeur des écoles depuis 7 ans et s’occupe d’une classe de CP depuis 5 ans. L’an passé, il a invité ses élèves à devenir les héros de leur propre histoire. Il s’est appuyé sur les services d’Epopia qui propose aux enfants de 5 à 10 ans de vivre et de lire des aventures personnalisables, interactives et « postales ».

J’ai découvert Epopia et son concept au début de l’été 2017. J’ai trouvé attrayante l’idée de rendre l’enfant héros de son histoire. Il est en effet investi du rôle central (roi, explorateur, directeur...) et d’une mission dans un univers dépaysant. Chacune de ses décisions influe sur l’histoire, un peu à la manière des livres dont on est le héros. La grande originalité de ce service, dont je n’ai pas encore rencontré d’équivalent, est que tout se passe par voie postale : l’enfant reçoit des courriers et échange avec les personnages de l’histoire.

J’y ai tout d’abord inscrit mon fils qui adore les histoires. Il a reçu et répondu à plusieurs courriers pendant l’été et j’ai constaté que les textes, comme les décisions à prendre et les activités chaque fois proposées, donnaient envie de lire et d’écrire. Dès la rentrée, j’y ai inscrit mes CP. Deux histoires sont disponibles pour les classes. J’ai opté pour Ma réserve naturelle, qui traite de la découverte et de la protection des espèces animales et végétales. Mon fils l’avait choisie, j’en connaissais donc la trame et elle me semblait adaptée à mes élèves. J’ai opté pour l’offre de 6 courriers, à savoir 1 par période plus 1 pour le final.

Pour en savoir plus sur l'offre Ecole : Epopia : l’aventure épistolaire pour les classes du CP au CM2

Des lettres et des activités


Lors de l’inscription, la classe a reçu un extrait de journal qui présente le cadre de l’histoire, c’est-à-dire dans notre cas la réserve naturelle. Puis, quelques jours plus tard, le premier courrier est arrivé. Il expliquait que, à la suite de la mystérieuse transformation de la directrice de la réserve en éléphant, les enfants étaient nommés directeurs intérimaires du site naturel. Leur mission était de retrouver dans le parc différents ingrédients pour fabriquer une potion mettant un terme à l’état de la directrice.

Avec ce premier courrier, les élèves ont reçu un goodie, une clé de la réserve. Cette lettre et l’extrait du journal ont donné lieu à une analyse puis à des travaux notamment en découverte du monde. La production d’écrit est venue ensuite.

Nous avons passé environ une heure par semaine, tout au long de l’année, à travailler autour des courriers et de l’histoire. Chacun d’eux, outre le texte à analyser et les choix narratifs à effectuer, propose des activités. Les lettres ne sont qu’une entrée… Les enfants ont de cette manière été amenés à fabriquer des objets, à affiner de nouvelles connaissances en découverte du monde, à expérimenter des recettes, à résoudre des énigmes ou à concevoir des charades… et même à mener des enquêtes. Par exemple, ils ont eu à trouver le coupable du vol d’un chaudron. Les indices les ont guidés vers le cuisinier qui a été mis en prison. Mais le faisceau de preuves et leur raisonnement auraient très bien pu les mener vers un autre personnage et la suite de l’histoire aurait été tout autre. C’est l’une des originalités de ce service : laisser les enfants libres de leurs choix et faire évoluer l’histoire en fonction des conséquences de ces choix. Il n’y a pas de mauvaise réponse.

Des choix narratifs à faire ensemble


Les choix narratifs ont été effectués toujours collectivement, comme la rédaction des courriers que nous transmettions : les élèves avaient la possibilité d’argumenter et, au final, un vote était organisé. Ces débats donnaient lieu à d’intéressantes séquences de langage. Souvent, des propositions étaient faites par les auteurs. Lorsqu’ils ont dû convaincre le sorcier de leur remettre la recette de la potion qui sauverait la directrice, les élèves pouvaient au choix la voler, l’échanger contre un paquet de bonbons ou capturer le sorcier et le chatouiller jusqu’à ce qu’il cède. Mais rien n’empêchait de sortir des sentiers battus…

Cela nous est arrivé à plusieurs reprises : nous avons alors posté notre choix en le motivant et les courriers suivants en ont tenu compte. Par exemple, les élèves ont dû choisir comment ils prendraient soin d’un rhinocéros albinos qui venait d’arriver dans le parc. Le laisseraient-ils avec les autres ou le placeraient-ils dans un enclos ? Après discussion, les élèves ont opté pour un compromis : il demeurerait avec les autres animaux le jour et il resterait seul dans un enclos la nuit. Chaque enveloppe, toujours personnalisée, comportait plusieurs lettres. L’une d’elles parlait de la directrice qui se retrouvait chaque fois dans la peau d’un nouvel animal. Cette lettre était accompagnée d’une fiche documentaire qui en présentait les principales caractéristiques. Les autres lettres étaient liées aux personnages déjà rencontrés. Cette histoire leur a ainsi permis de découvrir des métiers présents sur un parc animalier : vétérinaire, chef de la sécurité, cuisinier, ornithologue…

Bilan et nouvelle histoire


Lorsque l’histoire a été terminée, il y a eu un bilan et j’ai pu émettre mes remarques, notamment sur le fait que l’équipe d’Epopia devrait proposer dès l’inscription la liste des activités et des domaines de compétences abordés afin que les enseignants puissent en amont les intégrer dans leur progression. Les créateurs sont à l’écoute de nos remarques : ils ont créé un groupe fermé sur Facebook spécialement pour nous et au sein duquel nous échangeons et partageons sur les histoires, les choix et les créations des élèves.

Epopia a parfaitement rempli son rôle. L’histoire et les activités sont parvenues à susciter une émulation au sein de la classe. Les enfants attendaient avec impatience les courriers, comme ils en parlaient à leurs parents et montraient ce qu’ils avaient fait sur l’espace numérique de travail. Les goodies (badges, clés…) qu’ils ont reçus avec certains courriers ont également fait leur effet. Les surprises font toujours plaisir et marquent les enfants. Je pense proposer cette année encore une histoire à ma classe, cette fois sûrement celle intitulée Mon royaume où les enfants deviennent rois et reines d’un territoire fantastique.

Intéressés par le projet Epopia ? Découvrez dès à présent l’offre Ecole et rejoignez les enseignants qui utilisent ce support innovant en classe.

Accès au contenu: 

Ressources du mois