Bonnes feuilles : Le harcèlement expliqué aux enfants

Bonnes feuilles : Le harcèlement expliqué aux enfants

Depuis 10 ans, Emmanuelle Piquet se bat pour former la communauté éducative à la question du harcèlement. Comment aider les victimes à s'en sortir par eux-mêmes et à se faire respecter ? Spécialiste reconnue du sujet, elle nous en dit un peu plus sur son travail et ses recherches à l'occasion de la parution d'un livre documentaire à découvrir de toute urgence.

Bien que le harcèlement soit maintenant traité comme un vrai problème, il reste cependant présent, et le nombre d'enfants atteints ne diminue pas. Y aurait-il une fatalité ?

 Ìl n'y a selon moi pas de fatalité, ce chiffre pourrait être considérablement abaissé si on complétait la politique de prévention et de moralisation des auteurs par une politique d'envergure d'outillage des victimes de harcèlement en milieu scolaire. Mon équipe et moi nous battons depuis 10 ans pour que soient formés sur le territoire des professionnels (infirmières, CPE, chefs d'établissements, psys scolaires...) capables d'aider les enfants harcelés à sortir par eux-mêmes de ce cercle vicieux en apprenant à se faire respecter. Pour l'instant, nous sommes trop peu nombreux.

Disposez-vous de chiffres ou d'enquêtes sur ce phénomène ?

Les dernières enquêtes en France commencent à dater ("enquêtes de victimation en milieu scolaire" menées en 2011 et 2013 par MEN-MESR Depp auprès de 360 collèges privés et publics représentatifs au niveau national) et sont peu fiables dans la mesure où tous les professionnels de ce sujet savent que de nombreux collégiens n'en parlent pas aux adultes. En analysant les chiffres (je le fais dans mon livre le harcèlement scolaire en 100 questions, Pocket) on constate une légère augmentation du nombre de victimes de harcèlement entre les deux enquêtes.

La dernière enquête internationale publiée par le HBSC en 2016 montre en revanche pour 2014 une baisse des faits de harcèlement en 6ème. Cette contradiction des enquêtes montre qu'il est très complexe de chiffrer convenablement ce fléau.

Comment les enseignants peuvent-ils agir pour traiter le harcèlement ?

On ne peut pas tout demander aux enseignants et les responsabiliser totalement sur ce sujet me semble contre-productif dans la mesure où ils sont très rarement témoins (les élèves, même en primaire, sont très créatifs pour dissimuler ce types de situations) et assez peu confidents , même si c’est plus le cas en élémentaire. . Il me semble qu'il serait plus adéquat de former des professionnels ayant des missions plus transversales, comme les CPE ou les infirmières scolaires par exemple. Mais les enseignants peuvent évidemment contribuer à son traitement en rapportant les faits parfois très utiles qu'ils ont pu observer en classe. Nous formons par ailleurs des enseignanst très sensibilisés à ce sujet grâce au Diplôme Universitaire sur la gestion des souffrances en milieu scolaire que nous avons contribué à élaborer avec l'Université de Bourgogne.

Quels sont les objectifs de l'ouvrage ?

Cet ouvrage a pour objectif d'offrir aux enfants une vue globale et systémique du harcèlement pour sortir des simples bonnes intentions. Une partie est consacrée à l'aspect interactionnel du harcèlement et au fait qu'il faut donc lui apporter des solutions relationnelles, sinon, on ne stoppe rien.

"La Talon d'Achille du harceleur est son besoin de popularité". Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette affirmation ?

Notre hypothèse, largement étayée par les entretiens cliniques que nous menons avec 500 enfants harcelés chaque année, est que ce qu'alimente le harcèlement, c'est avant tout le besoin de popularité du harceleur. Si soudainement, il perd en popularité au moment-même où il harcèle, l'alimentation est donc stoppée. C'est la raison pour laquelle nous outillons les enfants harcelés pour qu'ils puissent riposter de façon efficace au moment du harcèlement et fassent ainsi tomber le harceleur de son piédestal.

Y a-t-il des profils pour les harceleurs comme pour les harcelés ?

Aucun. Tout enfant peut être harcelé puisque c'est la vulnérabilité de certains qui attirent le besoin de domination de certains autres et que tout enfant, pour différentes raisons, peut être vulnérable à un moment donné. Les enfants harceleurs ont trouvé dans le harcèlement une façon d'asseoir leur pouvoir, leur popularité, ce qui est une obsession chez la grande majorité des pré(adolescents) et de plus en plus tôt en primaire. Ils ont souvent un meilleur sens de la répartie et du clash, c'est là leur spécificité.

 

Le harcèlement expliqué aux enfants (PlayBac, Mon Quotidien), 4,90 €

Ressources du mois