Bonnes feuilles : Enseignement moral et civique (2ème édition)

Bonnes feuilles : Enseignement moral et civique (2ème édition)

Doit-on parler d’instruction ou d’éducation civique ? De « morale laïque » ? Inculquer les « valeurs républicaines », privilégier le « vivre ensemble », favoriser la pensée émancipatrice ? Alors que les programmes oscillent depuis des décennies sur ces questions, Pierre Hess, IEN, propose une approche contemporaine et « clé en main ».

Comment a évolué l'EMC ces dernières années ?
Jusqu’au début des années 60, l’enseignement moral était fondé sur des règles présentées comme universelles, ce qui fermait toute discussion, car on dictait aux élèves ce qu’ils devaient penser. Après 1985, on s’est fréquemment cantonné aux règles de vie de la classe et aux institutions en vigueur dans notre pays. Or il existe d’autres réalités, que l’on ne peut ni ignorer ni mépriser. D’où la nécessité de ne pas se contenter du microcosme de l’école et d’interroger des valeurs portées par d’autres cultures que la nôtre. Depuis 2015, l’EMC met l’accent sur la formation du jugement, sur le pluralisme des opinions, des convictions et des croyances.
 

Vous abordez des sujets très actuels…
Les « valeurs républicaines » et les faits religieux font l’objet de nombreux amalgames (confusions entre « république » et « démocratie », « monarchie » et « totalitarisme », entre « laïcité » et « athéisme » ou « hostilité aux religions », etc.). Certains enseignants pensent qu’ils n’ont pas le droit de parler de religion à l’école. Or l’enfant se pose d’innombrables questions d’ordre religieux ou philosophique ! Faute d’y répondre, on l’expose à devenir un jour la victime d’idéologies douteuses.

Les enseignants sont-ils outillés pour cela ?
La plupart se disent fort ignorants des faits religieux et se plaignent de leur manque de formation. On trouvera ici de nombreuses clés pour expliquer sereinement les réalités, y compris les polémiques qui secouent la société, et pour apaiser bien des tensions.
 

Comment avez-vous choisi les 7 thèmes de votre guide ?
C’est confronté à des situations provoquant l’indignation (discriminations, intolérance, fanatisme, injustice, inégalité, favoritisme, humiliations, atteinte à la liberté) que l’élève parviendra à donner une signification concrète à des valeurs : respect, égalité, justice, liberté, solidarité, tolérance, dignité. On partira donc presque toujours des « antivaleurs » pour donner du sens aux « valeurs ».  La confrontation de nombreux points de vue et d’authentiques dilemmes permettront à l’élève de comparer, d’argumenter, de débattre, de se décentrer et, peu à peu, d’accéder au libre-arbitre.

Retz, 24 € (Collection pédagogie pratique)

 

 

 

 

Ressources du mois