Portrait d'instit' : Valérie

Portrait d'instit' : Valérie

Portrait d'instit' : Valérie

 

Prof des écoles depuis 10 ans, Valérie est plus connue sur la toile sous le nom de Val10. Comme de plus en plus de collègues, elle fait partie de ce qu'on appelle les « parcours atypiques ». Après des études de droit et 15 ans de vie professionnelle dans l'immobilier, notre collègue enseigne actuellement dans une classe à double-niveau (CE2-CM1). Rencontre...

 

Quel est ton parcours professionnel ? 

J'ai un parcours un peu atypique. J'ai fait des études de droit, j'ai travaillé 15 ans dans l'immobilier avant de devenir PE. Après le concours j'ai touché un peu à tout, j'ai commencé comme TRS (titulaire remplaçant secteur), je remplaçais 3 collègues à l'année dans la même école, de la PS au CM2. J'ai été intervenante en anglais et j'ai travaillé une année dans le spécialisé en faisant office de maître E. Inspectée l'an dernier, mon inspectrice m'a dit que j'avais un parcours déjà très riche. Elle m'a proposé de devenir maître d'accueil mais je préfère me concentrer sur ma classe pour l'instant.

Comment as-tu décidé de devenir prof des écoles ?

J'ai eu un tournant dans ma vie personnelle et professionnelle. Après avoir vécu 15 ans en région parisienne, nous avons décidé de revenir dans l'Aube près de la famille. J'ai retrouvé une place rapidement dans l'immobilier mais j'ai voulu faire une pause pour m'occuper de mes enfants, la petite dernière était en maternelle. J'ai pris un congé parental et je me suis beaucoup investie dans les écoles de mes 3 enfants : représentante de parents (maternelle, élémentaire et collège), et j'ai monté des projets avec les parents et les enseignants. J'étais donc souvent à l'école cette année là, en particulier à la maternelle.  J'avais en charge l'élaboration d'un DVD à vendre en fin d'année aux parents au profit de la coopérative scolaire, il m'a fallu filmer le quotidien de l'école, les projets, les sorties ..... j'étais donc à l'école très souvent. J'ai découvert les coulisses de l'école par ce biais, et j'ai eu un gros coup de cœur pour ce métier. Je me suis renseignée sur le concours, je me suis inscrite l'année suivante, et je l'ai obtenu. Deux années de formation très difficiles quand on a 3 enfants mais je ne regrette pas !

Quelle est la grande difficulté à surmonter quand on est en classe ?

Avec les nouveaux programmes, le double niveau CE2 CM1 n'est pas facile à gérer, car on est à cheval sur deux cycles.Avant je faisais hist-géo et sciences en commun, là je suis censée faire hist-géo et sciences aux CM1 et questionner le monde aux CE2. J'ai beaucoup réfléchi et tâtonner. Quelle galère pour fabriquer son emploi du temps et tout faire rentrer ! J'ai décidé dès le départ de faire les sciences en commun. Pour l'histoire et la géo tout dépend des élèves. Cette année j'ai 4 CE2 performants et des CM1 plutôt faibles, donc j'arrive à faire pas mal de choses en commun. Mais ce ne sera pas le cas l'an prochain.

J'ai aussi un souci de place, ma classe est petite, et malgré les astuces que j'ai trouvées, le manque de place se fait sentir constamment. Pour les ateliers c'est pas facile, les groupes entendent ce que font les autres. Cette promiscuité pousse au bavardage. Bref, c'est frustrant car je n'arrive pas à travailler comme je voudrais. 

Enfin je dirais que la difficulté est de veiller à aider chaque élève, il faut déjà jongler entre les deux niveaux, et dans chaque niveau c'est très hétérogène. Là encore il y a des astuces, mise en place de l'entraide et du tutorat dans la classe.... Mais pour les enfants à besoins éducatifs particuliers ce n'est pas toujours évident : enfant dys, autisme, handicap, gros problèmes de comportements .... On manque quand même de formation et de moyens. Il faut qu'on se débrouille !

Et hors de la classe ?

Tout d'abord c'est la gestion du temps, car contrairement à ce que beaucoup imaginent, il n'y a pas que les 24 heures de classe. A cela s'ajoute tout le travail invisible : préparation avant la classe (les cours, les documents, les jeux, les recherches, le matériel, plastification, découpage, cahier journal .......), après la classe (toute la partie correction, saisie des évaluations, les livrets, gestion du blog de la classe), les tâches administratives (les réunions, conseils de maîtres, de cycle, d'école, préparation des temps forts comme la kermesse, la chorale, préparation des sorties, des APC, les animations pédagogiques qui ont lieu le soir ou le mercredi après-midi, suivi des élèves, rendez-vous avec les parents, commandes de fournitures). Tous ces temps c'est beaucoup de temps, il faut être très organisé si on ne veut pas se laisser dépasser, et c'est d'autant plus difficile que ce travail invisible n'est pas reconnu. Personnellement je gère car je suis de nature très organisée, j'ai un agenda sur lequel tout est noté, et je reporte mes priorités de la semaine. Mais c'est pesant, la fatigue est là en fin de période, et quand on voit circuler des fausses informations qui disent qu'on bosse que 6 mois par an, qu'on est toujours en vacances, qu'on est de vrais fonctionnaires, qu'on quitte de bonne heure, les remarques dans les repas de famille ..... Bref, ça fait mal ! Moi qui ai eu une autre vie professionnelle avant, je peux comparer, et je n'ai jamais autant été prise par mon boulot. Et la difficulté est justement de se garder du temps pour sa famille et pour les loisirs. 

Dans le même ordre d'idée, l'autre difficulté c'est le manque de confiance de certains parents, qui non seulement remettent en cause votre pédagogie, mais vous disent gentiment comment il faut faire en classe ! Qui n'acceptent pas que leur chérubin rentre à la maison avec une croix, car il n'a rien fait. Ce manque de confiance au quotidien est pesant. Il remet en cause notre autorité et notre statut d'enseignant, et donc cela ne rend pas service aux enfants. D'autant qu'on passe du temps à expliquer en début d'année à la réunion de rentrée, mais tous les parents ne viennent pas. J'insiste sur ce point chaque année, enseignants et parents doivent aller dans le même sens pour le bien des enfants. Je me rends disponible si les parents ont des questions, je suis ouverte à la discussion, mais pas aux critiques gratuites sans intérêt.

Te donnes-tu des objectifs cette année ?

Des objectifs j'en ai toujours plein. Alors je fais des listes et je prends les choses une par une. Mon prochain chantier c'est de créer toutes les fiches de suivi de mes ateliers en autonomie car certains en ont et d'autres pas. Je m'intéresse à la méthode heuristique en maths. Je voudrais m'en inspirer et créer une progression commune pour les deux niveaux. J'utilise la grammaire au jour le jour en français et je trouve ça top de pouvoir différencier en utilisant les mêmes supports. 

D'un point de vue plus personnel, j'aimerais me rapprocher de chez moi, car là j'ai 30 min de route. Et je voudrais consacrer plus de temps à mes loisirs. Mon métier c'est une passion, d'où le blog Val 10, c'est beaucoup d'échanges et je suis contente que ça fonctionne bien. Mais il faudrait que je m'oblige à déconnecter de l'école plus souvent ! Mes copines les cyberpapoteuses sont devenues très proches. Je les ai presque toutes rencontrées pour de vrai. Il m'en manque encore une. Tiens, encore un objectif cette année !!! La CPB m'a aussi beaucoup apporté et j'ai là aussi fait de belles rencontres virtuelles et en vrai !

J'aimerais bien me tourner vers l'édition également. Je boucle un premier projet actuellement pour Nathan (des évaluations en histoire et géographie).

Quelle est la particularité de ce métier d'après toi ?

D'abord nous avons un rôle à jouer dans la société en formant les citoyens de demain.

Et puis c'est un métier où les relations humaines sont très importantes : les enfants, les parents, les collègues, la mairie, les associations, la hiérarchie. Il faut composer avec tout ce monde là et parfois ce n'est pas facile.

Ce que j'aime aussi dans ce métier, c'est qu'on a la liberté de nos choix pédagogiques, la liberté de s'organiser comme on veut et travailler quand on veut pour le travail hors de la classe. Enfin, à part les réunions imposées quand même !!!

Et puis je kiffe les vacances évidemment, surtout les grandes !!! ?ᅡᅠ

Quel est ton « style » d'enseignant ? Strict ? Détendu ? Créatif ? Autre ?

Mon style c'est l'humour. Je donne un cadre, des règles, on est là pour travailler, l'école c'est sérieux, mais ça ne doit pas être triste et contraignant pour autant. Je blague souvent avec mes élèves, parce que c'est ma nature je suis comme ça, l'atmosphère est détendu malgré le cadre. Je fonctionne également par projets, cette année "les petits reporters", j'inscris ma classe à des concours, ça motive les élèves et ça me motive aussi. On en a gagné deux cette année ! Nos lettrines seront dans la dernière édition du dictionnaire Le Robert, c'est pas rien ! Nous avons eu un 3ème prix pour une affiche et avons gagné des livres pour la classe avec les éditions Nathan. Bref, avec tous ces projets je m'éclate et mes élèves aussi !

On dit parfois « qu'on n'enseigne pas ce que l'on sait, mais ce que l'on est » . Que souhaites tu transmettre à tes élèves ?

Qu'il faut faire de son mieux et respecter les autres. L'idée c'est de ne pas vouloir à tout prix être le meilleur, mais de faire de son mieux pour progresser. Le respect et l'entraide, ça fait partie de mon fonctionnement de classe. Votre question me fait prendre conscience que je suis effectivement comme ça dans la vie. Je ne veux pas être la meilleure des enseignantes, mais je cherche chaque jour à faire de mon mieux pour mes élèves. J'ai beaucoup de respect et d’empathie pour les gens en général, pour les collègues, quelque soit leurs choix. Et j'aime beaucoup échanger, rendre service, au quotidien dans la vie, dans l'école et sur mon blog. Je mets un point d'honneur à répondre à tous les messages et les mails que je reçois. Dans certaines écoles il y a une mauvaise ambiance avec les collègues et je trouve ça dommage de ne pas montrer l'exemple. Mais cela est dû à la particularité du métier : beaucoup de relations humaines, et liberté des choix pédagogiques. On n'a pas tous la même façon de travailler et parfois ça coince ! Dans mon école actuelle on est toutes sur la même longueur d'onde, ça aide !

Comment tes amis perçoivent-ils ton métier ?

Difficile à dire, la plupart de mes amis sont enseignants. Pour ce qui est de la famille, on va dire que certains ont du mal à comprendre que ce soit si prenant !

 

 

Ressources du mois