Portrait d’instit’ : débuter en cours multiple

Depuis les bâtiments de son école, Pauline peut apercevoir les collines alentours, mais aussi la neige qui vient régulièrement entourer les 2 classes de son établissement. Située au cœur d’un village d’altitude du Cantal, sa classe accueille des élèves de la PS au CP. Portrait.

Comment appréhendez-vous le multiple niveau ?
La classe à 4 niveaux est un vrai défi quotidien surtout lors de la première année. Pour gérer ces 4 niveaux, mon ATSEM est une aide essentielle. Elle prend en charge un groupe et je lui fais confiance pour mener à bien un travail que j'ai préparé. Je garde néanmoins dans la journée un moment pour chacun des quatre niveaux. Je fais aussi régulièrement le bilan des apprentissages réalisés avec moi, avec l’ATSEM ou en autonomie. La clé pour le multiniveau selon moi est la gestion de l'espace et la différenciation.

Est-ce que votre quotidien ressemble à l'image que vous vous faisiez initialement du métier ?
Oui plutôt, car j'avais fait beaucoup de stages. Peut être beaucoup plus de travail en dehors de l'école que ce que j'imaginais. D'autant plus avec la direction. Ça, beaucoup de personnes de mon entourage ont dû mal à le croire. Ceux qui pensent que les professeurs écoles ont des horaires cool, je les invite volontiers à me suivre pendant une semaine !

Pourriez-vous me citer 3 bonnes raisons de devenir enseignant, de votre point de vue bien entendu ?...
- reconnaissance des enfants
 - autonomie et liberté de travail
- absence de routine dûe à la polyvalence nécessaire du professeur des écoles

Le fait d'avoir un CP (année d'apprentissage de la lecture) ne vous met pas trop de pression ? C'est aussi une classe qui n'est pas du cycle 1, donc un peu différente des autres niveaux que vous avez ?
Le CP a surtout été une pression la 1ère année. Mais c'est un niveau extrêmement intéressant que j'adore. A l'issue de la première année j'ai été rassurée en voyant que tous les élèves étaient lecteurs. C'est sûr que c'est un niveau à part et je suis vigilante à proposer des temps d'apprentissages échelonnés : les CP ont des temps d'apprentissages plus longs que les autres niveaux. Les maternelles ont des temps de jeux plus important, conformément aux programmes de cycle 1.

Voyez-vous des avantages à exercer en cours multiples ?
Oui je trouve que les enfants prennent l'habitude de s'entraider. Ils apprennent aussi beaucoup les uns des autres. Un autre avantage est que c'est selon moi très formateur. Le dernier avantage réside dans les effectifs plutôt bas (entre 10 et 20 élèves selon les années). C'est l’idéal pour travailler sereinement et avoir du temps pour chacun.

Y voyez-vous des inconvénients qui vous feraient pencher pour un cours simple ?
Pour moi, l'inconvénient est surtout la charge importante de travail. En effet, à chaque moment il y a 4 ateliers de travail à préparer. Les après-midis, les plus petits vont à la sieste. Mais en contrepartie je prends en charge les CE1 de ma collègue. Le cahier journal peut vite devenir une usine à gaz ! Beaucoup d'organisation est nécessaire mais aussi beaucoup de matériel à prévoir. Difficile de ne rien oublier quand chaque niveau a besoin d'un matériel spécifique.

Seriez-vous prêt pour autant à quitter votre classe ?...
J'ai fait une demande de mutation l'année dernière. N'ayant rien eu je vais renouveler cette demande cette année. Cela est dû surtout à la situation géographique de l'école. Je suis originaire de l'autre cote du département. Je cherche à me rapprocher de la ville donc je suis originaire située à 1h30 de route de mon école. Cependant j'ai demandé des écoles de même taille. Les petites écoles me conviennent bien pour le moment et je sais qu'en débutant je ne peux pas prétendre à une école en ville. Ma demande de mutation est donc plus motivée par des raisons personnelles plutôt que professionnelles.

Ressources du mois