Ma vie d'instit : « J'ai toujours enseigné en classe à double ou triple niveau »

Ma vie d'instit : « J'ai toujours enseigné en classe à double ou triple niveau »

Depuis le début de sa carrière, Yohan a toujours enseigné en classe multiniveau. Par choix ? Oui ! Il nous explique pourquoi il s'épanouit dans ce cadre et les raisons qui lui font apprécier ce défi !

Peux-tu te présenter ?

Depuis 4 ans, j'exerce dans une petite école de village qui ne compte que 65 élèves, répartis en 3 classes. J'enseigne en CE2-CM1-CM2. J'adore mon métier, je suis un passionné ! Mes élèves sont extraordinaires et, ensemble, nous pouvons réaliser de beaux projets. L'ambiance de classe s'avère excellente !

Gérer une classe en triple niveau, est-ce difficile ? Comment t'organises-tu au quotidien ?

Depuis mes débuts, j'ai toujours enseigné en double ou triple niveau. C'est devenu une habitude ! Je ne trouve pas que cela soit forcément difficile… Mais, bien sûr, il faut savoir faire preuve d'organisation ! Pour certaines matières, je propose des contenus similaires aux différents niveaux, en apportant néanmoins une différenciation. Cette démarche est envisageable en EPS, en arts plastiques, dans certaines activités du domaine « Questionner le monde » (en modulant les objectifs et les compétences attendues), parfois aussi en lecture ou lors des dictées (en adaptant la longueur et le niveau de difficulté des textes)… Néanmoins, je différencie mes groupes de travail en mathématiques et en français.

Peux-tu nous donner des exemples ?

Nous pouvons parler de l'organisation de mes séances de mathématiques. Je fais travailler les CM et les CE séparément. Je lance les CM sur un exercice de découverte, puis je fais démarrer les CE sur une tâche différente. Je corrige ensuite les CM et je leur donne de nouveaux exercices. Je peux alors être disponible avec les CE… Je navigue d'un groupe à l'autre en préparant des séquences courtes pour chacun et cela fonctionne très bien ! En procédant ainsi, les trois niveaux travaillent en même temps en mathématiques et en français. En CM1 et CM2, je différencie les exercices mais j'évalue de la même façon pour les deux niveaux car les notions sont similaires au Cycle 3.

Qu'apprécies-tu le plus dans le fait d'enseigner en multiniveau ?

J'apprécie le fait de suivre les élèves, année après année. Je les connais mieux ! Je peux ainsi me rendre compte de leur progression sur la durée. Je suis heureux aussi de voir la solidarité qui se manifeste entre eux, quand les CM2 aident les CM1 ! Ce fonctionnement contribue à développer des compétences psychosociales chez les élèves. De plus, ils travaillent souvent en autonomie et écoutent activement. Et dans les apprentissages, les plus jeunes se montrent très motivés, ils ont envie d'accéder aux mêmes connaissances que les grands ! Par exemple, les CE2 avaient hâte de savoir poser les divisions alors que cette notion n'est introduite qu'au Cycle 3. Mais le fait de voir faire les autres, cela donne envie et c'est très positif ! Sur un plan personnel, je n'appréhende pas de continuer à exercer en triple niveau car j'y vois de nombreux bénéfices ! Et si je suis amené à enseigner de nouveau dans une classe à double niveau, je serai tout de même content car il y a un peu moins de préparation [sourire] !

Ressources du mois