L'écriture tâtonnée en GS

L'écriture tâtonnée en GS

Article invité rédigé par Magalie du site La classe de Tibiscuit.

L'écriture tâtonnée, l'écriture autonome, les essais d'écriture, la dictée muette, l'encodage, l'écriture inventée … Tous ces termes désignent une activité de résolution de problème où l'élève va mettre en pratique la relation oral / écrit pour « écrire » des mots voire même une phrase.

Pourquoi doit-on mener cette activité en maternelle ? Tout simplement parce que les recherchent montrent que les performances en essais d'écriture en maternelle sont liées aux performances ultérieures en lecture-écriture. Les élèves qui ont vécu des situations d'écriture en maternelle réussissent mieux, plus tard, en lecture et en orthographe lexicale.


Voici ma sélection de liens pour ce thème :

1) Le diaporama d'une animation pédagogique d'une de mes anciennes circo. Vous y trouverez une présentation des différents courants qui se sont succédés sur ce sujet ainsi que les objectifs de cette activité. Vous y trouverez même des activités à réaliser en petite et moyenne section.

2) Un diaporama de l'académie de Montpellier où vous trouverez plusieurs types d'activités d'écriture à mener en classe. Ce que j'apprécie tout particulièrement dans ce diaporama c'est que les vidéos sont accessibles et très bien faites.

3) Un diaporama de l'académie de Marseille qui détaille les apports de Mireille Brigaudiot, d'Emilia Ferreiro et de la pédagogie Montessori dans ce domaine.

4) L'étude de Fijalkow : On trouve souvent la citation suivante lorsque l'on fait une recherche sur les essais d'écriture : « Demander à de jeunes enfants d'écrire un énoncé qui n'a pas fait l'objet d'un enseignement préalable, c'est les placer dans une situation où ils n'ont d'autre choix que de produire un graphisme à partir de ce qu'ils pensent être l'écriture et d'utiliser les connaissances dont ils disposent. Ce sont les productions réalisées dans cette situation que l'on appelle écriture inventée. »  Elle est de Jacques Fijalkow.
Il présente dans ce texte les recherches sur cette situation et relatives à l'acquisition portant sur des enfants francophones, en examinant les apports et les limites de la conception constructiviste, pour en venir enfin aux travaux réalisés dans une perspective socioconstructiviste.
Un peu (beaucoup) long à lire mais très intéressant.

5) Une séquence proposée par l'académie de Lyon : J'aime beaucoup le thème choisi ici : la classe fictive et la façon dont c'est présenté pour intéresser les élèves.

6) Quelques sites de blogueurs qui proposent des cartes pour faire écrire les élèves :

  • Lutins de maternelle : vous trouverez une présentation complète de sa réflexion et de sa manière de procéder ainsi que les fiches qu’elle donne à ses élèves. 
  • Objectif Maternelle : elle utilise des cartes sur lesquelles se trouvent une image et les lettres qui composent le mot dans le désordre. Au verso se trouve la solution. Personnellement, je ne mets plus la correction au verso car certains enfants vont systématiquement la regarder avant de commencer. Elle propose également des variantes et évolutions possibles.
  • Classe de Florent : J'aime beaucoup le fait qu'il partage les vidéos sur les sons qu'il projette à ses élèves. De plus, concernant ses cartes mots il explique qu'il y a deux groupes différents : avec les lettres dans le désordre ou seulement l'image et que chacun de ces deux groupes est divisé en 4 niveaux. Je vous laisse découvrir.
  • Le Journal de Chrys : un complément au travail de Objectif Maternelle.
  • La classe de Laurène : elle propose des cartes d'encodage sur des sons simples.
  • L'incontournable Ti' Loustics : elle nous présente son cahier d'encodage pour la fin d'année de GS.

7) L'atelier des mots aux éditions Nathan : ce jeu existe dans les 3 écritures (capitale, script et cursive). L'avantage de ces jeux c'est qu’il n'y a rien à imprimer, plastifier, découper et que les lettres sont fournies. En revanche, je trouve qu'on peut les compléter avec les cartes des blogueurs cités plus-haut mais aussi surtout avec des cartes à construire soi-même avec le vocabulaire utilisé en classe (par exemple le nom des personnages de l'album étudié, le référentiel du thème sur lequel on travail … bref tout ce qui permet de contextualiser et de donner du sens à cette activité). Petit bémol aussi concernant ce jeu sur la police cursive qui contient les œilletons. Mais c'est un détail.

Voilà, j'espère que tous ces liens vous seront aussi utiles qu'à moi afin de préparer la rentrée et pourquoi pas pour cette fin d'année. Personnellement, cet article m'a permis de remanier ma façon de faire. Je cogite déjà sur mon espace écriture pour l'an prochain. Bonne lecture et bonne réflexion !

Ressources du mois