12 poésies pour le printemps

12 poésies pour le printemps

12 poésies illustrées sur le thème du printemps, pour les élèves de cycle 2 et de cycle 3. Le document propose une poésie par page avec une petite illustration très simple à colorier. Vous pourrez également télécharger la version réduite avec des poésies au format A5 (deux poésies par page).

12 poésies pour le printemps

Les titres

  1. Bonjour - Paul GERALDY
  2. Mars - Maurice CARÊME
  3. À l’aube du printemps - Paul BERGÈSE
  4. Une graine voyageait - Alain BOSQUET
  5. Le premier vol de l’hirondelle - Pierre MENANTEAU
  6. Printemps - Anne-Marie CHAPOUTON
  7. Une histoire à suivre - Claude ROY
  8. Joie du printemps - Lucie DELARUE-MARDRUS
  9. L’hirondelle et le poète - Michel BEAU
  10. Avril - Maurice CARÊME
  11. Un peintre - Michel BEAU
  12. Pâquerette - Philéas LEBESGUE

Pourquoi enseigner la poésie à l’école?

C'est en confrontant ses élèves à des textes qui suscitent émotion et interrogation que l'enseignant leur permet d'accéder à des œuvres révélatrices de la richesse et de la diversité de la création poétique.

La pratique de la récitation sert d’abord la maitrise du langage oral. L’apprentissage de la poésie et la pratique de la récitation permettent de développer et d’entretenir les capacités de mémorisation. L’enseignement de la poésie, par le biais de la lecture, peut déboucher sur la découverte et la prise de conscience de la distinction entre signifiant et signifié, l’apprentissage de la lecture à haute voix et la sensibilisation à l’oralité.

L’enseignement de la poésie, par le biais de la lecture et de l’écriture, peut déboucher sur l’acceptation de l’altérité, c’est-à-dire de la diversité des modes d’expression, la transmission de valeurs personnelles et universelles, l’accès aux plaisirs de l’imagination, l’amélioration de la maitrise de la langue, la découverte et la pratique d’un certain nombre de figures de style. L’enseignement de la poésie, par le biais de l’écriture, peut déboucher sur l’expérience de contraintes formelles, la désacralisation de la poésie par l’accessibilité de la création.

Comment l'enseigner?

La poésie, pour être retenue doit déclencher chez le lecteur une véritable émotion. Elle implique donc un « engagement » de l’apprenant. C’est pourquoi, il faudra en pédagogie proposer différentes situations d’apprentissages afin de tenir compte de l’aspect « très personnel » de cette activité. Le travail de mémorisation sera facilité par des procédures d’apprentissage de la poésie variées, originales et dynamiques! La récitation ne se résume pas à un exercice de mémorisation.

Elle implique aussi un travail de diction et d'interprétation. Pour que l'enfant énonce une poésie posément, avec des intonations variées, encore faut-il qu'il ait bien saisi son sens. Vérifiez qu'il a cerné le sujet, suivi l'histoire, compris les expressions les plus ardues… En classe, chaque poésie a été lue, expliquée, puis recopiée dans un cahier, mais des malentendus peuvent subsister. De plus, l’enfant doit se l'approprier pour bien la retenir.

Aidez-le à exprimer ce qu'il ressent ou à établir des correspondances avec son propre vécu. Que pense-t-il de telle image ? A-t-il déjà eu la même impression ? Aurait-il réagi comme le ou les personnages ? Ne négligez pas le dessin que l’enfant doit réaliser sur son cahier, face au poème : il constitue sa première traduction personnelle du texte !  

Niveau(x): 

Ressources du mois